Juillet 2012; je suis victime d’une très forte insolation. Je suis contraint de rester couché dans une chambre noire pendant plus d’une semaine. Lorsque je parviens petit à petit à sortir au jour les maux de tête auxquels j’étais soumis se poursuivent. Après avoir pris pendant plusieurs jours des cachets pour me calmer, je décide d’aller voir mon médecin à qui j’explique mon état .
Plusieurs traitements me sont donnés qui ne me soulagent pas; plusieurs semaines sont passées et j’ai toujours de violents maux de tête. Finalement mon médecin se décide de me faire passer plusieurs examens : IRM des cervicales ; scanner cérébral et enfin IRM avec injection. Tous les examens s’avèrent négatifs. Mes maux de tête se poursuivent à présent depuis plusieurs mois, lorsqu’ une amie de mon
épouse évoque avoir fait la connaissance d’un « magnétiseur» lors d’une présentation de livres. Elle nous indique que ce dernier lui a fait bonne impression .
Mon épouse m’en parle. Je suis septique quant aux résultats de ces magnétiseurs mais ne sachant plus à qui me vouer je me décide, en désespoir de cause, d’aller lui rendre visite.
Monsieur Roger Blandignères, c’est de lui qu’il s’agit, exerce dans un village proche de Perpignan; personnellement j’habite Hyères dans le Var; la distance est importante mais
qu’importe . Je l’appelle un vendredi et lui demande s’il peut me recevoir le lendemain; bien qu’ayant d’autres contraintes monsieur Blandignères accepte de me recevoir.
Tout au long du parcours je m’interroge sur les résultats. Je suis reçu donc le samedi par monsieur Blandignères qui immédiatement me fait une séance. A la fin de la séance monsieur Blandignères m’indique que je risque dans les jours qui viennent d’avoir un peu plus de maux de tête mais qu’ils passeront. Je repars confiant, avec espoir mais aussi avec interrogation. Les heures passent je ne ressens plus de douleurs que j’attends toujours avec appréhension ; le lendemain matin j’attends aussi avec appréhension ce « maudit » mal de tête : rien.
Les jours passent, les semaines : toujours rien. Deux années sont passées ; là où médecins et spécialistes ont échoué, monsieur Blandignères a réussi. Je ne saurai trop lui être reconnaissant et le recommander à toute personne comme moi septique .
Merci Monsieur. Régis Guillem Hyères- 83 –